Sélectionner une page
[News] #SENACHALLENGE : tout ce que vous devez savoir pour le gagner !

[News] #SENACHALLENGE : tout ce que vous devez savoir pour le gagner !

 

Il y a quelques jours depuis le 19 Septembre contre toute attente KEURBLAAN lançait le SENACHALLENGE sur ses comptes de réseaux sociaux  et malgré la fureur du mouvement #taxepasmesmo ce ne sont pas les participants qui ont manqué.

 

 

En quoi consiste donc ce challenge !

Enlevez déjà toute idée conventionnelle de vous poster devant votre caméra et de chanter la chanson de votre artiste pour après courir derrière une pluie de likes qui vous garantirait un gros pactole si vous en récoltez le plus nonobstant votre talent de chanteur. Cette fois si c’est votre plume ; la profondeur de vos écrits qui vous garantiront une place dans le trio gagnant puisque à la fin du challenge seulement trois participants seront retenus pour recevoir les lots prévus aux gagnants à cet effet.

 

 

 

Le senachallenge est donc lancé.

 Si elle t’a filé un goumin sec et que  tu es fâché dis lui tout de A à Z
Tu l’aimes et tu ne sais pas comment lui avouer ! Dis lui 😁
Vous êtes toujours ensemble, ou çà flanche un peu entre vous actu. Prouve-lui par tes mots que tu es celui qu’il lui faut. 😍
Poste ton texte sur Facebook ou Instagram suivi du hashtag  #senachallenge
Ou encore laisse le message au +22963227777 suivi de la mention #senachallenge et de ton nom.
Tu as deux semaines et si tu as le meilleur des messages tu repars avec un lot! 

Il faut noter que pour le # senachallenge
-Pas besoin de savoir chanter ou d’être écrivain, il suffit d’un très beau texte, l’important est qu’il soit touchant et profond.
-N’oublies surtout pas de mettre le hashtag #senachallenge pour que je puisse retrouver ton post , si tu peux me taguer çà le fait.
-Le #senachallenge n’est pas un challenge de likes même si les likes sont important puisque le public aura aussi son mot à dire.
– Le dernier mot revient au jury composé de Dac et de Ankaa .

Et la partie la plus intéressante reste les lots à gagner.

Un diner pour deux au DOMUS PACIS

Un pack à emporter au MIMI’S

Un pack des produits DAYELIAN

Alors qu’attend tu participer au #senachallenge ; il te reste encore un peu de temps .

 

[Carnet Noir] Le trio AFAFA , désormais réduit à un duo : VIDEGLA raccroche définitivement le micro

[Carnet Noir] Le trio AFAFA , désormais réduit à un duo : VIDEGLA raccroche définitivement le micro

 

 

Deuil dans le monde musical béninois ‘’Vidégla’’ tourne dos à la scène

Désormais on l’appellera définitivement ancien sociétaire du groupe ‘’AFAFA’’. L’artiste chanteur Adjovi Vidégla Alain alias ‘’Vidégla’’ n’est plus de ce monde. Le chanteur s’en est allé dans la soirée du 21 septembre 2018 dans sa quarantième année. Pour ses proches, le désormais regretté ‘‘Vidégla’’ aurait déposé le tablier de la vie des suites d’un mal de foi. Qui aurait cru que cet artiste plein de vie sur la scène du 229 URBAN FESTIVAL, allait aussi vite succomber et que là serait sa dernière scène? La mort est la seule chose dont nous soyons vraiment sûrs dit-on. De toutes les manières, l’information, comme une traînée de poudre, circule et l’illustre disparu est en train d’être pleuré par ses pairs. Sa disparition constitue une grande perte pour la musique et le patrimoine culturel du Bénin.Merci pour ce que tu as donné à la musique béninoise. Reposes en paix! 

{Actu Rap 228} : Les 10 rookies du rap togolais à suivre de près !

{Actu Rap 228} : Les 10 rookies du rap togolais à suivre de près !

En 2018, parmi les nouvelles générations du rap africain de la côte ouest, on ne saurait ignorer la crème togolaise du rap. Même si au Togo, le rap est une tendance qui connaît des difficultés à rebondir sur le plan international, une nouvelle pousse ne cesse de se renouveler, une marge de progression, une fraîcheur, une combativité particulière animent ceux qu’on peut présenter comme les 10 rookies à suivre de près sur le 228 !

1- Pikaluz, bientôt sur le pic….

Il est présenté comme le meilleur potentiel actuel du rap togolais, une réussite qui vient de son originalité, il rappe en vernaculaire « Mina » et à partir de là a su créer son identité particulière. Il travaille dans l’underground depuis 2006, et en 2018 le glas semble avoir sonné pour le voir récolter les fruits de son style unique, de sa fougue et de son inspiration.

Regardez « Bintoua » https://www.youtube.com/watch?v=s-KqQVRn_G

 

2- Erythier, le « Wamenobévi »

Il est l’un des meilleurs de cette génération de rappeurs à être sur les bons coups. Comme son dernier hit « Waménobévi » le témoigne, c’est un jeune de 22 ans pour qui les choses n’ont pas toujours été en or mais il a su tracer sa route vers une signature sur le label Self Made Men de Blaaz qui contribuera sans doute à son éclosion !

Régardez « Waménobévi » : https://www.youtube.com/watch?v=PkqHICsi0CY

 

3- Yaknou, le duo à suivre

 

Ce duo est présent dans le game depuis des années et le temps semblent leur avoir donné l’expérience dont ils ont besoin pour rebondir. Leur flow et leur aisance lyricale parlent en leur faveur !

 

Suivez « Ewluidé » de Yaknou : https://www.youtube.com/watch?v=C67RZ1Zu6j0

4- Kiko, ce talent précoce

Malgré son aventure inachevée avec la Get Ready Gang, Kiko, ex-King Drew, est très déterminée pour asseoir son talent à l’échelle du pays, il pourra compter sur sa voix unique et envoûtante !

Suivez « Ogna » de Kiko : https://www.youtube.com/watch?v=QGdfco_NeyI

 

5- Irok, le rookie en mode afror’nb

Grâce à sa persévérance, Irok fait parler de lui à partir de 2016 au Togo sur le morceau « Edjigné » un concentré de rap et d’afror’nb, une sauce qui correspond plutôt au public togolais. On a peut-être notre prochaine star de l’AfroR&B !

 

Suivez « Edigné » de Irok : https://www.youtube.com/watch?v=fnq8sjmDgXM

 

6- Boga Bellow, flow saccadé !

Lauréat de la catégorie découverte des All Music Award 2017, il a un flow saccadé qu’il marie à merveille sur les rythmiques africaines très mélodieuses ! Un talent sûr !

 

Suivez « Bada Bada » de Boga Bellow : https://www.youtube.com/watch?v=G5q_pHiKWvo

7- Diff Plies, unique dans son délire

Diff Plies est plutôt unique en son genre et se développe vers un rap original à base de technique et de fougue. « Django » son premier projet qui lui a permis d’intégrer le cercle des artistes togolais au centre de l’actualité !

Suivez « Atofa » de Diff Plies : https://www.youtube.com/watch?v=nc1jmgeFccE

8- Iziwin, représente depuis la région des plateaux

Il a plusieurs cordes à son arc, il est artiste, poète, slameur, rappeur et aborde des thèmes assez variés comme l’amour, la joie de vivre, la paix, un style décalé mais multi-disciplinaire qui ne présage que du bon !

Regardez : Mood Afro Dance de Iziwin https://www.youtube.com/watch?v=OP1T_-U4D-w

9- Lamenace, No comment !

 

Même si, il a encore beaucoup à prouver dans son domaine, il reste une grosse menace pour le game comme son blaze l’indique si bien !

 

Suivez Wetrivi Lamenace : https://www.youtube.com/watch?v=oOfSCl5dDe8

 

10- El Miliaro, solide et authentique

Avec son morceau « Ali Jezz », il a cartonné et on espère le voir vraiment rebondir et se créer sa place dans le game togolais !

 

Suivez « Ali Jezz » de El Milliaro : https://www.youtube.com/watch?v=ff91wxTLBa8

Des artistes aussi talentueux les uns que les autres et qui ne cesse de pousser sur les scènes loméennes, même si la concurrence reste rude et les moyens de financement rares, des chances restent pour ces pépites de rebondir. Aujourd’hui, il est clair que les talents doivent être bien entourés pour réussir et pas une équipe qui joue bien son rôle aux différents niveaux de l’évolution d’un artiste. Rdv en 2019 pour découvrir ceux qui auront réussi sur le marché togolais ou africain !

 

Par JudeB.

 

[NEWS] Les faits marquants de ces vacances dans le showbiz béninois

[NEWS] Les faits marquants de ces vacances dans le showbiz béninois

-Par Shyness Oswald

L’été a été tant bien que mal mouvementée dans le showbiz béninois. On note assez de sorties de singles, une kyrielle de vidéos sur mesure et de plus en plus de coup de buzz et de clash entre artistes et acteurs. Et si on parlait de celles qui retiennent beaucoup plus l’attention et qui ont marqués le début et la fin de ces vacances ?

Le 13 Juillet dernier, Lawal Assani a.k.a Mister BLAAZ a sorti #Alpha. L’album le plus attendu de ces dix dernières années, sujet de polémique et de critiques a enfin vu le jour et marquait ainsi le début des vacances à Cotonou. Tel un Phœnix, le patron du Self-Made-Men nous a fait grâce d’un projet de 18 titres, de taille et répondant aux tendances et exigences actuelles en matière de musique exportables. Mais nombreux de ses fans sont restés sur leur faims à en croire les critiques qui ont volées aux éclats de part et d’autres sur les réseaux sociaux notamment avec le morceau « Longueur d’avance ». Bien que certaines critiques soient constructives, d’autres sont vus comme des piques lancées à l’artiste. Le goût étant relatif et la perfection n’étant pas de ce monde, il serait beaucoup plus astucieux de juger une œuvre  que par sa qualité et ses insuffisances. Retenons que Mister BLAAZ a quand-même donner de la force à la jeunesse et aux artistes de la nouvelle génération tels que Crisba, Vano Baby, Sean Lewis et BPM qui ont quand même  collaboré sur des titres sur l’album.

 

                                                                               

 

Direction l’Espace Tchif, où s’est déroulé le 20 Juillet 2018, le grand  rendez-vous des artistes de la nouvelle génération. Un concert dénommée « New Gene » qui rassemblait toute la pépinière de la musique urbaine béninoise florissante. Un événement que nous devons au rappeur XTIME qui a pensé cette messe désormais annuelle qui n’était qu’à sa toute première édition. C’était des moments festifs et de partage mélodieux qui n’ont pas laissés le public présent indifférent. Rappelons également que c’était ce même jour que l’artiste Ghix signé sous le label « JVDB » sortait son premier album intitulé Point G.

Entre critiques, insultes, moqueries et calomnies, cette jeunesse a montrée au monde qu’elle est capable d’arriver à ses fins avec les moyens de bords et prouver à l’ancienne génération qu’elle est talentueuse et prête à prendre le relaie. Ce genre d’événements est très louable et doit être fortement encouragé pour les éditions à venir car elle permettra aux talents brutes de s’exprimer librement sur une scène afin d’éclore et suivre les pas de leurs aînés dans le domaine.

Et qui parle de vacances, parle également de divertissement et d’événements culturels ludiques. C’est ce qui a agrémenté trois jours successivement, la jeunesse béninoise qui a dansé au rythme et au son de la musique. Le gouvernement béninois dans sa lancée de répondre aux besoins capitaux de sa population vient une fois encore de le prouver par le lancement du 229 Urban Festival qui était à sa première édition. C’était une très belle fête qui réunissait mélomanes ainsi que la crème de la crème de la musique béninoise,  sans oublier les artistes internationaux invités (Davido, Wizkid et Toofan) qui ont également participés à cette communion du public autour de la chose musicale. Événement à mettre à l’actif du ministre en charge de la culture M. Oswald Homéky. Ce que nous n’oublieront certainement pas et qu’il y a lieu de rappeler, c’est le calumet de la paix que Amir et Kemtaan ont fumé en se donnant la main sur cette même scène pour enterrer la hache de guerre après une décennie de clash. Eh oui, on peut le dire haut et fort, le 229 Urban Vibes, il le fallait !

Dans la foulée, vous auriez pu y penser pour les plus friands de buzz mais non, le King B-SYD du Cotonou City Crew a surpris tout le monde de son côté avec sa signature sous la houlette d’Universal Music Africa. Même si beaucoup auraient pariés sur d’autres artistes selon les nombreux avis qu’il y a plus talentueux qu’on devrait signer, le choix d’Universal s’est fait de façon succincte et très précise. Le style de musique et le travail abattu par B-SYD dans l’identité de recherche musicale n’est pas du tout légion et se démarque totalement de tout ce qu’on a l’habitude d’écouter à en croire les propos du sieur Moussa Soumbounou, ami de l’artiste avant d’être nommé patron d’Universal Music Africa. Toutefois, l’histoire retiendra que B-SYD est le 1er artiste béninois signé Universal Music et ça, ça ne se quémande pas, vu le sérieux et la panoplie d’artistes confirmés qui a rejoint l’écurie avant notre représentant du Vert-Jaune et Rouge.

D’un représentant à un autre, nous manquerions drôlement de respect au grand « Ogan Kpata Kpata » si nous ne faisons pas mention de ses nombreuses apparitions notamment sur les réseaux sociaux (Facebook surtout) et ses sorties qui à chaque fois défraient la chronique. Le tout puissant « Borgia Diogo », l’homme aux 8 albums en moins d’un an, le « Yorobo béninois » comme il aime se faire appeler est loin d’être en marge des artistes ayant marqués ces vacances. Au cœur des polémiques il était,  et au centre des débats son nom revenait. D’autres l’appelleront tout simplement le phénomène des vacances surtout grâce à son dernier beef avec BLAAZ et Amir El Présidenté, il a suscité de plus en plus l’attention sur lui. Malheureusement le clash n’a pas duré plus de 24heures, on parle d’un record.

Les faits se seraient déroulés très vite après le remix du dernier single en date  de Amir qui l’associait à ses jeunes compères Crisba, Oxmoz et Sirano. Borgia se sentant indexé par des punchlines n’a pas tardé de répondre aussitôt en musique par un violent clash en ciblant AMIR EL PRESIDENTE & BLAAZ . Ce dernier ayant pris des mesures juridiques vis-à-vis de l’artiste pour en finir avec les affabulations, Borgia a vite fait de présenter des excuses publiques à chacun d’entre eux pour ne pas prolonger le feuilleton. Serait-ce par peur ou plutôt le simple regret d’un acte puéril et irréfléchi ?

Entre temps, c’est déjà la reprise des classes, donc terminus, tout le monde descend. Que la danse des stylos, des livres et cahiers reprennent de fort belle manière en attendant que d’autres faits nous ramènent à cette table. Sur ce, bonne rentrée scolaire à tous les élèves et étudiants du Bénin.

[NEW] CINQ FIGURES EMBLÉMATIQUES QUI ONT A JAMAIS MARQUÉES LE HIP HOP BÉNINOIS

-Par Shyness Oswald

Depuis le début des années 90, plusieurs groupes de rap naquirent sur la scène musicale béninoise.. Parmis cette vague d’Mcs, l’histoire retiendra forcément ces noms qui par leurs œuvres ont marqués et impactés beaucoup de jeunes. Voici cinq répertoriés pour vous..

SAKPATA BOYS:

Ils ont comme on le dit dans le jargon des BTP posé la première qui a bâtit l’édifice du rap au bled. Très tôt, ils ont eu le courage d’oser et d’influencer d’autres jeunes. Pas beaucoup de singles à leurs actifs parce que le groupe n’a pas eu longue vie, mais à travers leurs œuvres, ils ont préservé l’identité culturelle en rapant en langue local « fon » malgré le côté « bling bling » et « kainri » qu’ils avaient. Une chose est sûre, on ne parlera pas de rap béninois sans eux notamment avec le single #Aduma qui a longtemps été chanté à l’unanimité..

ARDIESS POSSE:

Grâce aux cinq majeurs ( Archange, Grizzly, Logozo, Magic et Melcky ), la jeunesse béninoise a manifestement adhéré au mouvement hip hop. On peut dire qu’ils étaient carrément sur un piédestal. Ils ont enchaînés singles après singles et cinq albums leur ouvrant ainsi une grande visibilité dans la sous-région et beaucoup de portes sur l’international. Plusieurs collaborations également avec des artistes tels que Ol’kainry, Jango Jack, Singuila et autres pour ne citer que ceux-là..  Notons qu’ils sont les initiateurs du fameux « Duel Cruel » dans le temps, l’une des rares scènes hip-hop qui opposait les rapeurs à un clash violent. Le meilleur était fortement récompensé et dans le même temps, le festival HKH (Hip Hop Kankpé) vit le jour. Ce fût pendant plus d’une décennie l’un des plus grand festival de rap dans la sous-région ouest-africaine. Il permettait à beaucoup d’artistes underground de se révéler au grand public et d’exprimer leur talent. Parler de hip hop au Bénin sans se référer à eux serait un vrai mépris.

DIAMANT NOIR:

Plus qu’un groupe de rap, DN était un mouvement en marche. Débarqués comme des princes dans l’arène du hip hop béninois, Amir ALLI et Anouar DAMALA ont été très vite adulé par le public. Les thématiques qu’ils abordaient dans leurs morceaux touchaient le vécu et les problèmes du commun des béninois. Chacun pouvait s’identifier à travers les messages  qu’ils véhiculaient car ils faisaient montre d’un métissage culturel très modernisé. De 2005 à 2010, ils ont sortis 03 albums et 03 mixtapes enchaînant ainsi des trophées aux awards du hip hop dans le temps. Rappelons aussi qu’ils sont les fondateurs du CCC (Cotonou City Crew) mythique groupe de rap et label de production qui n’est rien d’autre que le seul et meilleur groupe encore présent et soudé jusqu’à ces jours…

C.C.C:

C’est le groupe le plus plébiscité du hip hop béninois et africain. Inspiré par Amir et Anouar du groupe Diamant Noir, Nasty Nesta, Bsyd et DAC se sont ajoutés et ensemble ils ont redonné une nouvelle dynamique au rap local; motivé beaucoup de jeunes à prendre le devant des choses et à impacter les générations à venir par le travail bien fait, le CCC est un label indépendant et grâce à son leadership a tendu la main à beaucoup de jeunes par des actions concrètes et efficientes telles que les journées de la jeunesse cotonoise. Événement gratuit permettant de se divertir, échanger mais aussi s’informer sur les questions les concernant. Comment finir sans mentionner que ce label panafricain reste et demeure le groupe le plus nominé et le plus récompensé du hip hop béninois avec plusieurs mixtapes et seulement deux albums. Si tu es jeune, tu as sûrement connu ces gars mais si tu viens de naître, tu entendras forcément parler d’eux…

Mister BLAAZ:

  1. Communément appelé <<Le fou>>, Lawal Assani de son vrai nom est un artiste au parcours très atypique. Il a beaucoup fait parlé de lui par son talent très rupin et s’est fait un nom et une notoriété dans le milieu grâce aux singles « Alerte à la France » et « Aller retour » qui furent chantés aux bouts de tous les lèvres pendant longtemps. Son 1er album « Ghetto Blaazter » est meilleur vente jamais fait au Bénin avec rupture de stock au lancement, lui valant ainsi dans la même année deux trophées (meilleur album et meilleur single). Des statistiques qui ne laissent pas indifférent, une pléthore de singles également à son actif, il a fait à plusieurs reprises la une des médias et sa musique continue de marquer les esprits. Pour beaucoup de jeunes, il a été un idole et continue de l’être même si aujourd’hui il est très critiqué de part ses œuvres parfois en désaccord avec le goût du public. Le King de la street est une légende comme il a pour habitude de le dire et incontestablement c’est une vérité à laquelle il faut se conformer malgré les divergences..

N.B: Il faut noter que ce classement est ouvert et sans parti pris. Faites-nous donc parvenir vôtre top 5 des artistes les plus influents qui ont marqués le hip hop béninois selon vous.

[NEWS] AFRICA RYTHMS récidive la 11è édition: Lomé toujours au cœur des festivités.

[NEWS] AFRICA RYTHMS récidive la 11è édition: Lomé toujours au cœur des festivités.

-Par Shyness Oswald

Le festival international des musiques d’Afrique réitère l’exploit comme à l’accoutumée, une nouvelle édition visant la promotion et la valorisation d’un espace culturel plus large à la musique togolaise et africaine. La capitale togolaise Lomé, accueillera donc du 21 au 22 septembre 2018 plusieurs activités culturelles et ludiques permettant aux talents issus du continent de s’exprimer et d’échanger sur les problématiques qui annihilent le développement de la musique en afrique en vue d’y trouver des solutions plausibles.

Au programme, une conférence d’ouverture est prévue dans l’après-midi du 21 septembre pour installer les acteurs et participants à la rencontre et les échanges professionnels autour du thème << Le digital au service de la musique africaine >>. Il se tiendra par la suite dans la matinée du samedi 22 septembre un atelier de formation présidé par Nasty Nesta, artiste, auteur compsiteur, PDG de l’Agence Point Com et du site web: www.cotonouboy.com pour ne citer que ces titres, sur la thématique de la << Conception de son plan de carrière et de son Personal Branding >>. Pour boucler la boucle plus tard dans la soirée, un concert World Music réunira sur une même scène plusieurs artistes représentants le Bénin, le Sénégal et le Togo bien évidemment. Je cite « Ayodélé », artiste béninois, concepteur d’articles et objets d’arts, également décorateur d’intérieur, ayant pour spécialité le pagne qui sera de la partie sans compter la présence participative du groupe togolais de musique « Behanzin » qui va certainement plongé les mélomanes dans la saveur musicale qu’elle propose. « Noire Velours » quant à elle chantonnera son Black Is de sa plus belle voix, titre qui l’a révélé au grand public. « Carlou D » de son côté tiendra la promesse d’une belle balade aux envolées mélodieuses de sa guitare qui ne le quitte presque jamais.  De quoi faire massivement le déplacement.

Il y a de quoi se réjouir et féliciter Mr Christian Begbessou, promoteur dudit festival pour la tenue effective chaque année depuis 10ans déjà et l’encourager pour que ses efforts de renforcement de la musique au Togo et en Afrique ne soient pas vains.

 

[The Top] Top 3 des meilleurs morceaux de NIKANOR

[The Top] Top 3 des meilleurs morceaux de NIKANOR

Le talent de NIKANOR reste un sujet sur lequel il n’ya aucune controverse. NIKANOR est un pur talent de la musique béninoise. Depuis ses débuts dans la musique, tous ses morceaux sont devenus de purs hits. Nous ferons un top 3 de ses morceaux à succès …

3- VIS TA VIE

2- C’EST QUEL AMOUR 

1-MANVO MANVO

Et vous, que pensez-vous de ce top ?

[Chronique] TOGBê YETON: Le plus gros coup marketing du showbiz Béninois (Partie 2 )

[Chronique] TOGBê YETON: Le plus gros coup marketing du showbiz Béninois (Partie 2 )

-Par DAH AGBOCAME

Lire la première partie ici > http://www.cotonouboy.com/chronique-togbe-yeton-pourquoi-dechaine-til-autant-les-passions-partie-1/

La musique, à ce jour, et ce depuis un moment, a dépassé l’aspect essentiellement distraction assouvissement de passions ou autre! La musique est devenue une véritable industrie comme toute autre. Elle peut donc aisément se comparer et se venter de rapporter de l’argent comme le pétrole, l’import-export , etc. La musique est devenue un véritable business. Si auparavant certains faisaient de la musique juste par passion et étaient totalement désintéressés, aujourd’hui, la musique suscite de plus en plus d’intérêts lucratifs. Que ce soit de la part des artistes ou des producteurs. Et dans le cas d’espèce, les artistes constituent de véritables chevaux de course pour les producteurs qui espèrent un retour assez conséquents sur leurs investissements. Pour qu’un artiste devienne une véritable poule aux œufs d’or pour sa maison de production, il faut penser des stratégies,il faut mettre sur pieds un panel d’actions marketing de vente de l’artiste, parce qu’il devient un produit à vendre.

La stratégie adéquate pour TOGBê YETON , même si elle est très critiquée, semble assurément émaner de  MEKO PROD ; le producteur lui-même  : Le phénomène TOGBê YETON . Ce rappeur est à la foi l’artiste et la stratégie de sa vente elle même. Tout d’abord pensé par le trio MEKO, DAH ADAGBOTO et TYAF,

le rappeur masqué se révèle être le plus gros coup marketing du showbiz béninois entier et les résultats sont là: TOGBê YETON, malgré la critique dont il fait objet semble cumuler plus de showcases  et de scènes que tous les artistes au Bénin , mieux encore plus que son compère TYAF de la même écurie qui l’a d’ailleurs révélé et qui un temps soit peu représente son co-producteur. La machine TOGBê est très élaborée de telle sorte que le phénomène peut connaitre plusieurs interprète sans s’essouffler, tant que les attributs de TOGBê YETON restent : le masque , la vulgarité,le style non soigné,l’absence de langue de bois,la drogue et surtout GAMBADA et KININSSI. L’un des facteurs ou le facteur essentiel qui fait que TOGBê se vends reste la vulgarité,l’apologie du sexe,du moralement incorrecte, le rappeur ne fait que servir ce que les gens veulent entendre, c’est simple.Aussi, le fait que le rappeur utilise la langue « fon » touche beaucoup plus de cibles: tout le monde peut écouter sa musique et se l’approprier aisément : mécano,zémidjan,maçons…(Même les boss qui critiquent là lol) . TOGBê YETON est un personnage,un concept,une idée,l’exemple type du gars qui se fout de tout et de tous, qui n’a que faire de la morale et de l’éthique et c’est ce que vends MEKO PROD . Et c’est la réelle signification du masque: TOGBê YETON n’a pas de visage, il est juste la représentation de l’esprit pervers qu’il y’a en chacun de nous : c’est toi, c’est moi, c’est nous!

 

TOGBê YETON n’est que le fruit de l’imagination de TYAF : qui en quelque sorte joue le rôle de ghost writer pour TOGBê , c’est à dire que la majorité des morceaux  du rappeur masqué sont écrits par TYAF lui même ,

DAH ADAGBOTO s’occupe de monnayer l’artiste, de réfléchir à de nouvelles stratégie pour accrocher(cas du clash entre MEKO PROD et TOGBê  avant son   morceau MINTOUNMI )…

                                                                                             

Et MEKO lui même qui coordonne tout.

                                                                                       

Alors, il convient de savoir que tout ce que fait ou dit  TOGBê YETON est minutieusement planifié et établi pour attirer plus de cotes pour l’artiste et ainsi aboutir à plus de demandes de la part des organisateurs de scènes , du public ou des gérants de boites de nuits. 

TOGBê YETON reste purement et simplement le plus gros coup marketing du showbiz béninois et si les attributs de TOGBê à savoir : le masque, la thématique dans ses morceaux, restent alors selon mon avis, le personnage TOGBê YETON risque d’être présent sur la scène urbaine encore les dix ans à venir, sans être has been 

 

{Nasty Fridayz 5} : Session Studio (Boto Remix) Nasty Nesta x Black T !

{Nasty Fridayz 5} : Session Studio (Boto Remix) Nasty Nesta x Black T !

 

-Par JUDE BADOMBENA 

Vous avez certainement écouté le dernier feat de Nasty Nesta et Black T « Les Gos » ou « Boto Rmx » Lors du dernier Nasty Friday ! Tu as compris qu’on parlait de nos Madames qui sont les plus difficiles à cerner ?

Sinon retourne écouter le morceau !

Parce que dans cet article on est plutôt là pour te donner un aperçu de l’enregistrement du titre en studio ! Le Making Of de NASTY NESTA ft BLACK T !

Retour sur le morceau ici :

Tu connais bien Nasty Nesta Le Noubiyoyo , Le Prince de Cotonou ? Plus besoin de le présenter !

Et Black T tu connais ?

              

Black T est un passionné de R&B depuis 2002. Tout commence dans les studios d’Andigo Music Production, jusqu’en 2004, quand il arrive à Lomé et intègre Dodo Production. C’est un chanteur qui sait transmettre beaucoup d’émotions dans sa musique et qui a su toucher une large couche de la population togolaise. De là, Il crée son propre studio Black Music Production et enchaîne des productions. Plusieurs artistes dont Yaovi Kheteti, Boris ket, Etane sortent des hits de chez lui. Plus tard il fonde la Chronos One Family ! Il a été lauréat de nombreux trophées au Togo comme les All Music Awards en 2013 !

Pour lui :

« Chaque morceau est un plat qui mérite d’être bien cuisiné, si l’on saute des étapes de la cuisson le produit final ne sera pas consommable. »

Oh la la ! tu connais pas Nasty Nesta aussi ?

Confert l’album Noubiyoyo 9/9 pour découvrir l’univers de l’artiste,

Cette déclaration culte :

‘’Mon ambition est d’emmener le rap où il n’a jamais mis les pieds, à travers la voix d’un jeune Africain qui à de grands rêves pour son continent et qui a pour leitmotiv, montrer à la face du monde que la jeunesse africaine est fière, totalement décomplexée. C’est ce qui m’anime au plus profond de moi et si tu sais entendre et surtout écouter tu le retrouveras dans mes chansons à travers cette fougue, ces joies, ces excès ou même ces tristesses qui s’en dégagent. La route est longue, regardez d’où je viens, l’arrivée sera belle, donc regardez où je vais.’’

 

Tu as tout compris ! Maintenant Regarde Le Making Of de « Boto Rmx » en studio !

C’est ici :

[Chronique] Et si AHINANDJE avait mis en scène une histoire vraie inspirée du vécu de KEURBLAAN ?

[Chronique] Et si AHINANDJE avait mis en scène une histoire vraie inspirée du vécu de KEURBLAAN ?

 

-Par DAH AGBOCAME

Si la particularité des vidéos de AHINANDJè FORCé était qu’elles soient basées sur la comédies et, ou de danse, celle ci vient entrer dans un tout autre registre! Cette dernière vidéo de l’artiste semble faire l’unanimité sur plusieurs facteurs : la qualité des images, la qualité du scénario et surtout l’esprit de ce court métrage. L’énergie que dégage ce court métrage de 8 minutes 30 secondes. Il faut avoir vu cette vidéo pour réellement témoigner de cet aura que dégage cette vidéo. On en vient alors à se demander si cette vidéo n’est- elle pas tirée d’une expérience vécue par l’artiste KEURBLAAN lui même ? Car oui, la vidéo tournée par AHINANDJè n’est juste que la matérialisation en image de l’histoire racontée dans SENA : Un jeune garçon d’une famille modeste tombe amoureux de SENA. Les parents de cette dernière veulent bien plus que de l’amour pour leur fille: ils lui veulent du confort, de l’argent ce qui finira par ricochet, jaillir sur eux. Le père de SENA promet la mort au jeune homme, la mère ne veut pas voir l’ombre de ce dernier et SENA est promise a un autre homme qui a le « pawa »

La vidéo d’AHINANDJè pour revenir dessus dégage tellement d’énergie , tellement du vrai que ce soit dans l’amour entre lui et la SENA (occasionnelle) , dans son regard quand celle ci s’envolait pour d’autres horizons… Au delà de l’aspect artistique bien joué par AHINANDJè et sa bande, cette vidéo dégage plus. Ce qui nous suscite à se poser la question de savoir : et si cette histoire était juste l’histoire de l’artiste KEURBLAAN , qui s’est vu refusé l’amour d’une fille juste parce qu’il n’était pas « financièrement prêt » Peut être que cette histoire vraie donne un peu de sa véracité , son énergie, son aura au court métrage ? … Simple inspiration ou histoire vécue ? … Mystère et boule de gomme!