Sélectionner une page

Malgré toutes ces chroniques qui défilent sur la toile et qui semblent apporter des solutions aux failles que connait le milieu culturel, l’industrie musicale peine à émerger au Bénin. Dorénavant, chaque acteur du milieu doit pleinement jouer son rôle si ce souci est tant, de voir le showbiz prendre une autre direction. Cependant, nos artistes doivent savoir qu’ils sont au centre de toute une chaîne musicale. Nous avons donc répertorié les sept péchés qui minent nos artistes et qu’ils doivent éviter :

1- La Paresse
La majeure partie des œuvres que les artistes proposent au public béninois est souvent axée sur du copier-coller qui, généralement est mal fait. Ce manque de créativité est synonyme de cette paresse artistique dont font preuve ces artistes. Tout porte à croire qu’on les oblige à chanter car on ne sent même pas un minimum d’inspiration !
2- La prostitution musicale / La luxure
Tantôt ça fait du hip-hop, tantôt ça fait du tradi-moderne et autres. Bon nombre de nos artistes ne savent pas en réalité dans quel genre se spécialiser. Ils s’offrent à tous les rythmes musicaux qui sonnent dans leurs oreilles. Et ça c’est grave ! Chaque artiste doit se faire remarquer par son style et son attachement à ce qu’il a choisi de faire comme musique.
3- L’Amour du Buzz/La Gourmandise
C’est toujours bien écrit ‘’ show-biz’’ et non ‘’show buzz’’. A quoi bon sert d’être un artiste si on n’arrive pas à vivre de son art ? On a l’impression qu’ils veulent juste se faire voir à la télévision ou sur une scène car tous n’arrivent pas à rentabiliser à la hauteur de leur prestation ou collaboration !
4-L’ Individualisme/ L’Orgueil
Penser toujours à ‘’soi’’ est une maladie. Les autres pays ont sû faire tourner leur industrie en se solidarisant. Les grands artistes étrangers créent des labels de production, préparent la relève et en tirent un grand profit. Ici au Bénin, chaque artiste pense à sa carrière jusqu’au soir de sa vie. Chacun se lève et crée son concept. C’est malheureux ! Le soyoyo ou le zékédé auraient pris , si les jeunes derrière avaient fait de ces concepts leurs choses : cas du coupé décalé en côte d’ivoire. 
5- La Bassesse/La Colère
Nos artistes sont allergiques aux critiques. (Je sens une convocation au commissariat de calavi qui arrive là) Tellement ils se croient ‘’forts et puissants’’ que pour eux, toutes leurs œuvres sont achevées. Nul n’est parfait. Qu’ils évitent donc de se leurrer ! Les critiques ne sont nullement faites pour ternir leur image. Bien au contraire, cela leur permet de corriger les éventuelles fautes de leur production et de se vendre plus aisément !
6- Un Mauvais Entourage/L’envie
La plupart de nos artistes sont mal entourés. On retrouve des ‘’mangeurs’’ à la place des ‘’managers’’. Leur staff est souvent constitué des hommes bénis ‘’OUI OUI’’. Selon eux, tout ce que fait l’artiste dès qu’il rentre dans la cabine, est bon voire extraordinaire. Rares sont ceux-là qui sont, non seulement, francs envers eux-mêmes mais aussi envers l’artiste. C’est ce qui tue à progressivement les artistes.

7- La Pingrerie/ L’Avarice
La plupart de nos artistes ne veulent pas investir assez pour la promotion de leurs œuvres mais ont ce grand rêve d’être célèbres. C’est ce que l’on peut caractériser de ‘’être avare contre soi’’. Plus on investit, plus on gagne. Attention ! Il faudra que votre produit soit comestible.

Si seulement chaque artiste évitait au maximum ces sept péchés, Ils prendraient enfin le train du NOUVEAU DEPART , sans taxer mes mots en m’envoyant une convocation( c’est la mode maintenant. Les artistes prennent des disposition JURIDIQUE!). Espérons que cela ne tombe point dans les oreilles de sourd et qu’un grand changement s’observe !

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Related posts: