Sélectionner une page

-Par DAH AGBOCAME

Lire la première partie ici > http://www.cotonouboy.com/chronique-togbe-yeton-pourquoi-dechaine-til-autant-les-passions-partie-1/

La musique, à ce jour, et ce depuis un moment, a dépassé l’aspect essentiellement distraction assouvissement de passions ou autre! La musique est devenue une véritable industrie comme toute autre. Elle peut donc aisément se comparer et se venter de rapporter de l’argent comme le pétrole, l’import-export , etc. La musique est devenue un véritable business. Si auparavant certains faisaient de la musique juste par passion et étaient totalement désintéressés, aujourd’hui, la musique suscite de plus en plus d’intérêts lucratifs. Que ce soit de la part des artistes ou des producteurs. Et dans le cas d’espèce, les artistes constituent de véritables chevaux de course pour les producteurs qui espèrent un retour assez conséquents sur leurs investissements. Pour qu’un artiste devienne une véritable poule aux œufs d’or pour sa maison de production, il faut penser des stratégies,il faut mettre sur pieds un panel d’actions marketing de vente de l’artiste, parce qu’il devient un produit à vendre.

La stratégie adéquate pour TOGBê YETON , même si elle est très critiquée, semble assurément émaner de  MEKO PROD ; le producteur lui-même  : Le phénomène TOGBê YETON . Ce rappeur est à la foi l’artiste et la stratégie de sa vente elle même. Tout d’abord pensé par le trio MEKO, DAH ADAGBOTO et TYAF,

le rappeur masqué se révèle être le plus gros coup marketing du showbiz béninois entier et les résultats sont là: TOGBê YETON, malgré la critique dont il fait objet semble cumuler plus de showcases  et de scènes que tous les artistes au Bénin , mieux encore plus que son compère TYAF de la même écurie qui l’a d’ailleurs révélé et qui un temps soit peu représente son co-producteur. La machine TOGBê est très élaborée de telle sorte que le phénomène peut connaitre plusieurs interprète sans s’essouffler, tant que les attributs de TOGBê YETON restent : le masque , la vulgarité,le style non soigné,l’absence de langue de bois,la drogue et surtout GAMBADA et KININSSI. L’un des facteurs ou le facteur essentiel qui fait que TOGBê se vends reste la vulgarité,l’apologie du sexe,du moralement incorrecte, le rappeur ne fait que servir ce que les gens veulent entendre, c’est simple.Aussi, le fait que le rappeur utilise la langue « fon » touche beaucoup plus de cibles: tout le monde peut écouter sa musique et se l’approprier aisément : mécano,zémidjan,maçons…(Même les boss qui critiquent là lol) . TOGBê YETON est un personnage,un concept,une idée,l’exemple type du gars qui se fout de tout et de tous, qui n’a que faire de la morale et de l’éthique et c’est ce que vends MEKO PROD . Et c’est la réelle signification du masque: TOGBê YETON n’a pas de visage, il est juste la représentation de l’esprit pervers qu’il y’a en chacun de nous : c’est toi, c’est moi, c’est nous!

 

TOGBê YETON n’est que le fruit de l’imagination de TYAF : qui en quelque sorte joue le rôle de ghost writer pour TOGBê , c’est à dire que la majorité des morceaux  du rappeur masqué sont écrits par TYAF lui même ,

DAH ADAGBOTO s’occupe de monnayer l’artiste, de réfléchir à de nouvelles stratégie pour accrocher(cas du clash entre MEKO PROD et TOGBê  avant son   morceau MINTOUNMI )…

                                                                                             

Et MEKO lui même qui coordonne tout.

                                                                                       

Alors, il convient de savoir que tout ce que fait ou dit  TOGBê YETON est minutieusement planifié et établi pour attirer plus de cotes pour l’artiste et ainsi aboutir à plus de demandes de la part des organisateurs de scènes , du public ou des gérants de boites de nuits. 

TOGBê YETON reste purement et simplement le plus gros coup marketing du showbiz béninois et si les attributs de TOGBê à savoir : le masque, la thématique dans ses morceaux, restent alors selon mon avis, le personnage TOGBê YETON risque d’être présent sur la scène urbaine encore les dix ans à venir, sans être has been 

 

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Related posts: