Sélectionner une page

Avec l’explosion du rap afro hexagonal, les nouveaux talents continuent de se révéler, c’est le cas de  « Le Carré », un groupe d’origine sénégalo-togolaise dont l’avenir est très prometteur. Cest un  carré véritable de fraîcheur et de richesse identitaire que nous explorons.

Nous sommes partis à la rencontre de ce duo, Fxll et Braken installés à Toulouse qui nous propose un excellent cocktail de rap et R’nB dans un univers très juvenile et urbain.

Un Flashback sur vos Débuts ?

Fxll: Moi je n’écoutais même pas de rap avant 2009, j’étais plus Jonas Brothers, Kyo etc… J’ai découvert le rap avec la Sexion d’Assaut et l’album « L’école des points vitaux ». Arrivé à Lomé, j’ai fait mon premier son studio avec Braken justement qui était dans ma classe, on s’est découvert une passion commune pour le rap et « la Sexion » . Il était en groupe lui avec des potes à lui et ils m’ont invité sur un remix de « Panam boss » de La Fouine.

Braken : J’étais dans un groupe à l’école avec quatre camarades. C’est plus inspiré de Sexion d’Assaut et après notre arrivée en France, le groupe s’est disloqué et je me suis retrouvé avec Fxll.

Comment peut-on définir votre style musical ? Afrotrap ou Rap RnB ?

Fxll : Nous dirions que ce n’est pas de l’afrotrap comme on le connait aujourd’hui, on est plus axé sur la trap en elle-même sur nos derniers projets donc je pencherais pour Rap/RnB. Après on se cherche encore donc on touche à tout, ne vous étonnez pas de nous voir faire de la pop [ Rires].

On trouve chez vous un style proche de Sexion d’assaut et de Shin Sekai , sont-ils vos principales influences ? Et d’autres ?

Braken : Sexion d’assaut oui, c’est particulièrement Lefa et Maitre Gims, qui nous ont touché mais on est aujourd’hui beaucoup plus touché par les américans Ty Dollar Sign, Tory Lanez, Post Malone… pleins d’autres.

 

Le Carré – Jamais

 

On constate que vos morceaux tournent beaucoup autour de l’amour ….

Fxll : Avant qu’on ne sache parler, marcher, la première chose qu’on a eut c’est l’amour de la part de notre mère. L’amour c’est tout, sans amour y a rien. L’amour pour une femme, un frère, sa religion… Voilà quoi.

Vous annoncez votre mixtape pour l’été, à quoi peut-on s’attendre ?

Braken :  A des thèmes aussi différents les uns que les autres, à beaucoup de mélodies, à du turn up, à de l’enjaillement, à une touche de rap comme on aime avec du flow, du débit et des phases [ Rires]. C’est un mélange entre nos débuts et nos influences les plus récentes, on annonce de belles sonorités. Vous sentirez à travers ces morceaux des histoires que nous créons également.

Quel regard portez-vous sur le rapgame français ? Vous sentez vous capable de vous frayer une place à l’ombre de ce showbiz ?

Fxll : Le rapgame français est très riche en soi, il y a énormément d’artistes talentueux, mais l’état d’esprit du rapgame américain est meilleur nous pensons. Enfin l’ambiance du biz de la France est clivé par des clans etc. Ce qui est bien dommage. Et oui, on se sent totalement capable, en vrai, il y en a pas beaucoup qui nous impressionnent plus que ça. On a ps fini de progresser, niveau mélos surtout, comme les pokémons, on va évoluer et après on verra si on prendra juste une part, ou tout le gâteau.

Quelle place le Togo et le Sénégal occupe dans votre musique ?

Fxll : En réalité, on est très fiers de pouvoir faire parler de nos pays respectifs de par notre musique, le bled c’est la base. Après, les musiques de chez nous ne sont pas réellement connues à l’international à part quelques-uns qui sortent leur épingle du jeu.

Comment se voit Le Carré dans le futur ? Les prochains Shin Sekai ou vous pensez aussi à finir vos études et trouvez du travail ?

Fxll: Avoir nos diplômes, c’est important parce que si nous sommes en France, c’est d’abord pour ça, après la musique c’est notre passion, on verra bien dans l’avenir, c’est une question difficile [ Rires].

Nous arrivons à la fin de notre échange. C’était un pur régal !

Merci à vous pour votre disponibilité !

Le Carré – Laisse tomber

 

 

Par Jude Badombena, Juin 2018

Partager surShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Related posts: